Boutique

Camille Pissarro, La gelée blanche, 1873

2.00

Un paysan s’appuie sur une canne et porte péniblement un fagot de bois sur le dos. Il se
trouve sur la route d’Ennery, devenue au moment où Pissarro peint cette toile un chemin
abandonné. La scène se passe en automne ou au début de l’hiver. Dans l’immensité de ces
champs labourés, l’homme paraît bien petit. C’est grâce à ses efforts qu’il parvient à produire
du blé. Pissarro connaît la suite des tâches qu’il faut effectuer avant de produire du blé :
labourer, mettre du chaume pour produire de l’engrais, rassembler le foin en meule. Ces
tâches lui sont familières et c’est ce qu’il traduit dans la Gelée blanche.